Vous envisagez de vous installer en Islande et d’y travailler ?

Avant de partir, Ready to Go répond à vos questions les plus récurrentes concernant le travail en Islande.

Comment trouver un emploi? Quels sont les principaux domaines d’activités? Quel est le taux de chômage sur cette île ? L’apprentissage de l’islandais est-il essentiel pour occuper un poste ? Tour d’horizon par ici.

Le marché du travail en Islande

Réputée pour sa prospérité économique et sa capacité à avoir retrouvé rapidement sa voie après la crise financière de 2008, l’Islande a su se positionner comme l’une des économies les plus fortes en Scandinavie.

Dans un billet récemment publié, le site officiel de la Commission Européenne juge que le taux de participation au marché du travail islandais est plutôt « élevé ». En 2016, 83 % des personnes aptes à travailler, âgées de 16 à 74 ans, ont contribué à la croissance économique du pays.

Selon la même source, jusqu’à 36 % de la population active a suivi un cursus de diplôme universitaire, 38 % a bénéficié d’un enseignement supérieur (qualifications professionnelles comprises) et 26 % a suivi un enseignement secondaire. De plus, le marché du travail islandais est caractérisé par une forte proportion de syndiqués, d’environ 85 %.

Côté rémunération, le salaire minimum est de 300 000 ISK soit l’équivalent de 2 208,84€. Notez bien que le coût de la vie en Islande est assez élévé, comparé à celui de la France.

Les principaux secteurs d’emploi en Islande

Le tourisme, les services financiers, les services de santé, la biotechnologie, l’agriculture et la pêche (ce dernier génère 12 % du PIB et emploie 5% de la population active) sont les domaines d’activités les plus importants du pays.

Par ailleurs, l’Islande abonde de sources d’énergie hydroélectrique et géothermique. Des atouts qui font de cette destination une véritable aubaine pour les investisseurs étrangers et par conséquent, une véritable locomotive pour le développement économique du pays.

Le taux de chômage en Islande

Le nombre de chômeurs en Islande a considérablement baissé depuis le « pic » de 2009 (7,2 %). En 2017, le taux de chômage enregistré ne dépassait pas      2,2 % : 1,9 % chez les hommes et 2,5 % chez les femmes.

Chez les jeunes de 18 à 24 ans en inactivité professionnelle, ce taux avoisinait 1,8 %. En somme, 24 % des chômeurs étaient des citoyens étrangers. En décembre 2018, le taux de chômage général a été de 2,6 %

La maîtrise de l’islandais est-elle décisive pour décrocher un job en Islande?

Certes, parler islandais vous sera d’une grande utilité, notamment dans la recherche de nouvelles opportunités professionnelles qui requièrent des compétences avancées en communication.

Pour augmenter vos chances, pensez également à parfaire votre niveau en anglais. La langue est parlée par la majorité de la population active.

Je suis un expatrié : comment puis-je trouver un travail en Islande?

Dans un premier temps, nous vous recommandons de visiter l’Islande en « mode touriste » pour découvrir l’atmosphère générale, se renseigner sur le coût de la vie dans le pays, les formalités administratives ainsi que les opportunités de logement possibles. Vous pouvez également en profiter pour contacter des recruteurs sur place et planifier vos entretiens d’embauche.

Après avoir décroché l’emploi qui vous convient, vous pouvez demander le permis de résidence islandais (l’équivalent d’un long séjour avec une durée de validité de 90 jours).

Liens pour trouver un job en Islande